Ciara Baudet

 

Ciara Baudet, l'artiste-peintre

 

baudet ciara

Ciara Baudet (DR)

Ciara Baudet nous reçoit chez elle dans un décor hétéroclite et chaleureux. La plupart des meubles et bibelots ont été chinés ou glanés chez des proches : « L’idée de construire mon intérieur avec des objets de gens que j’aime me séduit ».

 

Cette artiste peintre, irlandaise née à Dublin il y a une trentaine d’années, garde de son pays un délicieux accent et l’amour des mots. En Irlande on utilise un vocabulaire très imagé, les dialogues sont moins directs, on prend le temps de dire les choses. C’est ce qui lui a manqué en arrivant en Suisse où elle avait l’impression de parler en « noir et blanc ».

 

Son papa étant amené, à travers son métier, à voyager, son enfance a été traversée de paysages très divers. Elle vécut à Amsterdam, Stockholm, Genève, Varese avant de revenir sur sa terre natale. Son papa avait à cœur d’offrir à ses deux filles une éducation irlandaise, elle termina donc son école primaire et suivit le reste de son cursus scolaire sur les bancs irlandais. Puis elle entreprit une formation universitaire à la plus grande fierté paternelle. Sa génération fut l’une des premières à bénéficier de la gratuité de l’Université.

 

Depuis toute petite, elle se souvient avoir toujours eu un crayon dans la main, c’est donc tout naturellement qu’elle choisit une filière artistique et qu’elle effectue un Bachelor en Design impression textile.

 

Vineyards grey (DR)

Son passage à Genève à l’âge de 5 ans, plus précisément à Aire-la-Ville, est resté très présent dans la mémoire et le cœur de Ciara. Aire-la-Ville, c’est un peu sa madeleine de Proust, elle en garde un souvenir très sensoriel à travers des odeurs et des couleurs. Aire-la-Ville c’est aussi François, avec qui elle fit sa première rentrée scolaire dans l’école communale. Elle le retrouve par hasard à 18 ans, un 1er août, autour du traditionnel feu, lors de vacances en Suisse en tant que jeune fille au pair. En le revoyant elle sait que c’est Lui. L’avenir lui donnera raison puisqu’ils se disent « oui » quelques années plus tard, en 2001.

 

Le couple s’établit à Aire-la-Ville et Ciara travaille pendant 6 ans pour une petite entreprise dans la recherche de tendances en horlogerie. Depuis deux ans, elle enseigne dans une école privée où elle anime avec bonheur des ateliers de création auprès d’enfants de trois à huit ans.

 

Si elle s’exprime principalement à travers la peinture, toutes les matières l'intéressent : la terre, le fil, le tissu. Ses tableaux ne sont pas le fruit du hasard, ils sont l’aboutissement d’un processus de recherche et de réflexion. Un rythme, une couleur, une texture, des aiguilles à tricoter qui dépassent d’une pelote sont autant de sources d’inspiration. Cette dernière, elle la capture également en photographiant des lieux qui seront précieusement stockés sur son ordinateur.

 

Son support de prédilection est le bois car, contrairement à la toile, cette matière n’absorbe pas le geste, il n’y a pas d’élasticité, le rapport est direct. Les tons de ses tableaux sont le gris, le noir, le blanc et le rouge. Mais elle aime également peindre dans des camaïeux de bruns.

Painting close up (DR)

Depuis qu’elle a trouvé un atelier dans la commune, elle se réapproprie l’espace et s’attaque à de grands formats allant jusqu’à 2 m2.

 

En 2009, elle enseigne au Grand-Saconnex dans un camp bouddhiste. Le matériel manquant, les assiettes en carton sont détournées de leur usage pour se transformer en support à dessins. Habituée à peindre sur des supports carrés, le cercle l’enthousiasme. La vision change, il n’y a pas de bord, ni de sens, ni début, ni fin. Nouvelle forme, nouvelles inspirations…

 

Actuellement elle est à la recherche d’œuvres en trois dimensions. Elle travaille avec des plots, qu’elle peint et dispose au gré des envies afin de créer une œuvre qui ne soit pas figée.

 

Sur les murs qui l’entourent ses tableaux, témoins de l’évolution de 10 ans de travail. En les regardant elle se rappelle avec exactitude, de l’émotion dégagée au moment de leur création et de l’histoire qui leur est propre.

 

Vous avez peut-être eu l’occasion d’admirer ses œuvres à la Cave Bosson lors d’une exposition en 2003, 2004 ou 2008. Ciara a également élaboré les étiquettes des produits du terroir de Christophe et Véronique Bosson ainsi que leurs cartes de visites et supports publicitaires.

Catherine Poupaert - novembre 2010

Imprimer