Nathalie Philipp

 

Nathalie Philipp, une championne au village

 

Elle n’a que 18 ans, mais Nathalie Philipp – athlète confirmée –a déjà plusieurs victoires à son palmarès. En 2010 et dans un froid glacial, elle remporte – dans la catégorie junior dame – la 33ème course de l’Escalade, en 17 minutes 25. Début 2011, au championnat suisse de « vertical race » à Gryon, elle est la première à franchir la ligne d’arrivée à ski, après 800 mètres de dénivellation. 

 

Nathalie Philipp - Vertical Race à Gryon 2011 (DR).

 

Ses exploits sportifs sont le fruit d’un entrainement assidu. Quatre fois par semaine, la jeune femme rejoint son groupe de demi-fond (800m à 3’000m), essentiellement masculin, au Stade Genève, dont elle est membre depuis trois ans. « J’ai beaucoup d’endurance mais manque de vitesse. Supervisée par mon entraineur, je parviens à augmenter mes performances» se réjouit-elle.

 

Le rythme est soutenu : toutes les deux semaines, Nathalie concourt en sélection romande ! Et les occasions de nouveaux défis sont nombreuses : en 2009, elle participe à Athlétissima, le meeting international d’athlétisme de Lausanne : « ça faisait bizarre de courir un 1’500 mètres dans un grand stade, au milieu d’un public ! »

 

L’été, elle s’entraine pour les championnats suisses d’athlétisme et de relais. Pourtant, lorsque son club lui impose un petit mois de repos en octobre, notre sportive a de la peine à s’y résoudre : « Si je reste deux jours sans faire du sport, après c’est beaucoup trop dur ! Alors, pour garder la forme, je fais du vélo, de la natation ou un footing. »

 

 Nathalie Philipp - Championat Suisse de Relai 2009 (DR).

 

Sa passion pour le sport commence très tôt, lorsqu’elle participe, avec ses parents,  à plusieurs courses pédestres de montagne. Elle évoque l’Aiguille du Tour, son premier glacier à l’âge de 4 ans et demi : « je me souviens, je n’avais même pas de crampons à ma taille ! ». Le Trophée des Combins, à 6 ans et dont elle décroche la première place en 2009. Et à 10 ans, le Mont-Blanc ! « C’est un aboutissement. Le 1er jour, on est arrivés au refuge du Goûter, par la voie la plus accessible. Et le lendemain, lever à 2 heures du matin pour rejoindre le sommet !» explique-t-elle, enthousiaste. Deux ans plus tard, en 2011, Nathalie se lance même dans la peau de phoque afin de participer un jour à la fameuse patrouille des glaciers.

 

Pour se changer les idées, et après dix ans de piano, la jeune femme fait une heure de chant classique par semaine, au Conservatoire populaire de musique de Genève. Pendant la saison 2010, elle chante même dans l’Opéra d’Alice au pays des merveilles, présenté au Grand-Théâtre.

 

Très engagée sportivement, Nathalie ne néglige pas pour autant ses études. Elle vient de décrocher sa maturité et démarre, à la mi-septembre, une formation universitaire en sciences du mouvement et du sport, à la faculté de médecine. Dans une petite course rapide, elle s’éclipse chercher son travail de mémoire «Les records peuvent-ils être indéfiniment battus ?».

 

Elle mentionne les avancées technologiques (meilleurs équipements, starting-blocks plus adaptés), évoque la controverse dont a fait l’objet Usain Bolt, détenteur de trois records du monde, pour finalement souligner l’importance de la préparation mentale et physique. « Il faut une hygiène de vie irréprochable, un excellent mental, une bonne dose de persévérance et aimer les conditions naturelles comme le vent ou le froid». Autre petit conseil qu’elle livre, en passant : « je prends une assiette de pâtes de préférence 4 heures avant la course ; il m’arrive alors de me lever pendant la nuit pour les manger puis d’aller me recoucher.»

 

 La jeune espoir Aérienne dont nous sommes fiers (DR)

 

Très bien organisée, la talentueuse jeune femme, qui se décrit comme hyperactive, fait en sorte que sport et études fassent bon ménage. Alors, quand elle part en Angleterre parfaire la langue, elle choisit Cambridge, pour son club d’athlétisme !

 

Son programme de l’été : le 1'500m sur piste du Swiss Meetings de Hochdorf avec des lièvres « c’est l’occasion de faire un bon temps ! » ; suivi de deux semaines de camp à St-Moritz, à 1’800m d’altitude « cela me permettra d’augmenter mes globules rouges pour les championnats Suisses des 4 et 5 septembre ! ». Entre deux, et à ses rares moments perdus, notre athlète, qui s’avoue un peu gourmande, aime cuisiner. Son plat favori : le poulet au curry ou les tartes maison, dont elle prépare elle-même la pâte !

 

Carole Cattaneo, 27 juin 2011

Imprimer