Une nuit de terreur pour Halloween

A la lueur vacillante des torches, un inquiétant cortège de diables, de sorcières et de zombies en tous genres pénètre dans les rues du village. Venu du Moulin-de-Vert, on le croirait surgi de la forêt.

 

Un squelette monte la garde à l'entrée du village.

 

Un squelette l’attend près de la fontaine et lui indique le chemin de l’école: c’est Paul Tardivel, à qui l’on doit cette première fête d’Halloween, organisée avec tous les membres de l’association des Courants d’Aire.

 

Dans le préau, on déguste la soupe à la courge.

 

Dans le préau, une bonne centaine de personnes se rassemble autour du chaudron de cuivre où mijote une excellente soupe de courge. Préparée la veille par les enfants du Coup de pouce, elle réchauffe tout le monde en cet obscur début de soirée du 1er novembre. C’est une première, et pour les Courants d’Aire c’est d’ores et déjà un grand succès: parents et enfants sont venus en nombre, grimés pour la plupart, prêts à terroriser les autres participants.

 

Dans un coin, un cadavre aux yeux de braise surveille le public du fond de son cercueil.

 

La salle Duvillard est méconnaissable. La buvette et ses lumières rouges disparaissent derrière des toiles d’araignées géantes. Des chauves-souris pendent du plafond, entre les globes colorés, rendues plus inquiétantes encore par le brouillard artificiel qui flotte dans la pièce.

 

Le temps d’un ravitaillement au bar et le public s’en va sur la planète rock, grâce au concert du groupe WUP.

 

Sur scène, les musiciens revisitent avec enthousiasme, talent et force décibels, tous les classiques du genre. Les musiciens ont, disent-ils, perdu leur chanteur. Et le voilà qui surgit soudain au milieu du public, fantôme de Kiss haut de trois mètres, dont le visage blanc émerge d’un linceul noir.

 

Emmené par son chanteur Philippe Steiner, WUP écluse tout son répertoire à force de rappels, et convoque AC/DC pour son dernier morceau, repris en chœur par toute l’assemblée.

 

Parfois terrorisés, les enfants hésitent entre rires et larmes. Leurs parents tentent de les rassurer, mais comme eux-mêmes se cachent sous des masques de squelette et brandissent des faux ensanglantées, lorsqu’ils n’ont pas le crâne fracassé par une hache, ils n’y parviennent qu’à grand peine.

 

Sous leurs déguisements de circonstance, enfants et adultes ont laissé libre cours à leur imagination et fait de cette soirée d’Halloween un véritable succès.

 

La soirée a démarré par un inquiétant cortège, surgi de la forêt.

 

Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour le 31 octobre 2015. Une seule édition aura suffi à inscrire cette soirée parmi les traditions du village!

 

Texte et photos Marco Cattaneo - novembre 2014

Imprimer