L'Aérienne a 40 ans

Le soleil est au rendez-vous pour les 40 ans de l’Aérienne. Cette dernière avait convié, comme chaque année, ses membres pour l’Assemblée générale, suivie d’un repas et d’un loto. Pour marquer le coup, c’est un repas de gala, confectionné par Scott Jenny, qui était proposé.

 

Les membres du comité, de gauche à droite : Christel Grieb - Michel Apothéloz - Christiane Dafflon - Alain Bajulaz - Edouard Duperrier, trésorier - Céline Duperrier, secrétaire - Gilbert Pfister - Guy Pechkranz

 

Le porte-parole de l’Aérienne, Monsieur Edouard Duperrier et le Maire, Monsieur Barthélémy Roch, rappellent la genèse et quelques anecdotes de l’association.

 

Cette dernière a vu le jour le 31 janvier 1974, à l’initiative de Monsieur Daniel Giauque, en même temps que la route de contournement, obtenue après 10 ans de lutte et un blocage des routes et chemins du village, et que l’arrivée des habitants de la Colline aux Oiseaux.

 

L’Aérienne avait comme objectif de proposer aux habitants des activités et de créer ainsi des occasions de se retrouver. La toute première animation avait la forme d’un grand rallye dans toute la Champagne avec des épreuves quelques peu farfelues comme mesurer le préau avec du papier de toilette ou se prendre pour Guillaume Tell en fabriquant son arc !

 

Si depuis, de nombreuses autres associations ont vu le jour et organisent également, ainsi que la Commune des activités pour les villageois, l’Aérienne propose trois tournois de yass chaque année et s’occupe de l’immuable raclette de l’Escalade !

 

Monsieur Roch a également tenu à rendre hommage aux premiers membres du comité, malheureusement aujourd’hui disparus : Messieurs Daniel Giauque, Henri Petter, Jean Christin, Jean Novelle et Gilbert Widmer.

 

Le repas terminé, l’ensemble du comité et des membres de l’Aérienne présents se sont réunis autour d’un spectaculaire gâteau pour une photo de famille.

 

 

Puis, dans un silence religieux, un stylo à la main, les participants ont écouté les numéros énoncés par un membre du comité pour remplir leur grille de loto. A chaque mention de quine, double quine ou carton, l’heureux gagnant allait chercher son lot sous les applaudissements ou les huées des joueurs moins chanceux.

 

Certains sont repartis les bras chargés de paniers garnis, d’autres les mains vides mais heureux d’avoir passé une belle journée.

 

Texte et photos Catherine Poupaert-Wille - Avril 2014

Imprimer