Galerie d’art à Aire-la-Ville

C’est sur une note très artistique que Les Courants d’Aire – toute nouvelle association présidée par Paul Tardivel – se sont fait connaître des Aériens, en ce beau week-end de mai. Fin 2013, l’équipe compte 9 membres, tous connus des villageois; reste alors à trouver l’idée qui marquera le coup d’envoi de cette nouvelle société. En compagnie de son ami Eric Wuarin, aquarelliste genevois, Paul et son comité ébauchent un projet d’exposition de tableaux et d’anciennes photos du village. Pari tenu puisque les 17 et 18 mai, la salle Victor Duvillard se transforme en galerie d’art.

 

Paul Tardivel, président des Courants d'Aire et Eric Wuarin, son ami aquarelliste (DR)


Pour y parvenir, il aura fallu de longs mois de préparation. Travail de titan pendant lequel Paul fait du porte à porte, à la recherche des clichés retraçant le passé des Timbrés, comme on surnomme les Aériens. Avec le concours de son frère Jean, chaque photo sera retravaillée, contrastée, recadrée. Et même, pour deux d’entre elles, truquées ! Car si la visite de l’exposition est culturelle, elle se veut aussi ludique, conviviale et familiale; le visiteur s’approche de chaque photo, la scrute en quête de l’erreur ; les commentaires fusent, les souvenirs reviennent à la mémoire de ceux qu’on avait pris en photo, des décennies plus tôt. Une urne recueille les bulletins réponses, un tirage au sort* venant clore les deux jours d’exposition.

 

L'exposition a séduit les habitants d'Aire-la-Ville et d'ailleurs (DR)


Peintre décorateur scénique, Eric Wuarin est fasciné par l’aquarelle car « elle propose une façon extraordinaire de travailler, donne lieu à des techniques variées, laisse place à un jeu de transparence où les couleurs prennent vie grâce à la blancheur et au grain du papier». Le visiteur déambule entre de grands panneaux de bois auxquels les œuvres d’une vingtaine d’exposants sont accrochées, élèves de Wuarin ou habitants d’Aire-la-Ville. Dans son livre « Pourquoi l’aquarelle ? », Eric Wuarin exprime sa passion pour cet art, son émerveillement devant les paysages de la campagne genevoise. Il est question d’émotions, de lumières, de textures mais aussi de techniques « L’aquarelle, c’est de la gastronomie. J’utilise du sel. Pas de la fleur de sel mais du sel classique pour son grain moyen. En le saupoudrant sur la partie humide de la toile, une réaction chimique se produit. L’eau est propulsée, laissant place aux pigments ; c’est magique ! ».

 

Jean-Michel Nicod devant une de ses aquarelles (DR)


Au bas de certaines toiles, la signature de quelques 8 artistes d’Aire-la-Ville! On peut y lire les noms de Ciara Baudet, Christiane Duperrier, Philippe Duperrier, Christine Lutolf, Jean-Michel Nicod, Cristina Roth, Gabrielle Sarasin et Yvette Tardivel. « Avec l’aquarelle tout est suggéré. C’est un jeu d’ombres, de transparence et de contrastes » confie Jean-Michel Nicod. Contre le mur ses toiles reflètent autant de lieux qu’il connaît, la Bretagne de ses vacances, la Dent Blanche, ou encore le lac de Joux gelé qu’il traversa en compagnie de sa femme Claudia. « Avant de peindre, il faut apprendre à observer » relève Philippe Duperrier. Machiniste au Grand-Théâtre pendant 32 ans, il trouve dans la peinture l’expression de la liberté, une philosophie de vie à laquelle il est très attaché. Elle le conduit d’ailleurs dans toute l’Europe de l’Est, lui permettant de rester au contact d’artistes.

Au cours de son discours de bienvenue, Paul Tardivel remercie chaleureusement ses sponsors : Casabat, Je-Do, Morais, Puchat, Serbeco, la Mairie mais aussi Bertrand Deillon et Claude Novelle, tous ayant rendu cette rencontre culturelle possible. Il salue aussi l'engagement et l'énergie de son comité qui travaille bien souvent dans l'ombre et dont il connaît les mérites. « Peu importe le bénéfice, seul compte pour nous le plaisir d’organiser et de partager des moments conviviaux avec les habitants d’ici et d’ailleurs». L’événement est un succès ! Deux autres sont déjà en préparation, comme Halloween le 31 octobre prochain.

 

* les photos truquées portaient le n°G sur cadre G avec une antenne parabolique rajoutée sur le toit de la maison et le n°13 sur cadre K avec un poisson en surimpression. Les gagnants du tirage au sort, tous contactés et félicités par Les Courants d'Aire sont : Baudet François, Bruttin Fabien, Louis Watts, Rizzardo Denis et Roch Barthélémy.

Texte et photos Carole Cattaneo, 17 mai 2014

Imprimer