Le loto de l’Aérienne fait un carton

C’est évident, tout le monde ne peut pas gagner au loto ! Ça n’a pas empêché pour autant les 80 participants à la 37ème assemblée générale de l’Aérienne, de repartir enchantés de leur soirée.

Car les lots de consolation étaient multiples. Tout commence par la partie officielle que Paul Tardivel, président de l’Aérienne depuis 1990, cadence d’une main de maître. Il ne s’agit pas d’ennuyer le public mais bien d’aller à l’essentiel. Le rythme est donné ; on enchaîne les divers points de l’ordre du jour. Tous seront unanimement approuvés. On acclame Michel Apothéloz, nouveau membre du comité ainsi que Myriam Bouaouaja qui rejoint Jacqueline Jenny à la révision aux comptes. Un hommage est rendu à l’engagement de Monique Ardin désireuse de prendre sa retraite et on apprend aussi la démission de Paul Tardivel, animé par de nouveaux projets au village.

 

 

Le comité de l’Aérienne (DR)

 

Comme promis, une demi-heure plus tard, l’officiel cède la place à l’apéritif ! On en profite pour se saluer, pour trinquer et pour s’acquitter de la soirée auprès d’Edouard Duperrier, Trésorier de l’association. Muni de sa liste d’inscription, il trace d’une main les présences et photographie de l’autre les instants de rencontre et d’échange.

 

Notre chef traiteur Alain Jenny en compagnie de son fils Steve (DR)

 

Quand le micro se fait à nouveau entendre, c’est pour nous inviter à reprendre place. Le festin concocté par Alain Jenny, traiteur attitré de l’Aérienne, est fin prêt. Une seule annonce suffit à la salle pour qu’elle s’exécute. Nous voici à nouveau attablés, à l’exception des membres du comité et de leurs conjoints, tous affairés à nous servir dans les meilleurs délais. Un cortège d’assiettes printanières valse sous nos yeux gourmands. Comblés par l’ensemble du repas, les Aériens saluent le talent du chef – et de son fils Steve - par de vifs applaudissements.

 

La planche de prix joliment garnie (DR)

 

La partie récréative peut alors commencer ! La première série est offerte aux enfants et permet aux grands de se mettre en condition. Car le loto n’est pas le simple fait du hasard. Il faut – certes – bien choisir sa grille ! Mais il faut aussi se concentrer, faire abstraction du bruit environnant, des tressautements du voisin, des soufflements du conjoint.  Et puis le verdict tombe, « quine » est hurlé par un autre ! Alors qu’on devrait se réjouir pour l’heureux gagnant, on se dit que tout reste possible, que la partie n’est pas finie, qu’on peut encore faire « double quine » ou « carton » ! On s’imagine gagner l’un des nombreux prix dont Michel Apothéloz, nous rappelle la provenance : madeko.com, la Ferme Bosson, Gallay Fleurs, Dominique Novelle, Alain Jenny et bien sûr l’Aérienne.  Posés là, sur leur planche, face à nous, ils nous font tous de l’œil !

 

Carole Cattaneo, 19 mars 2011

Imprimer