Cadiom : 1er coup de pioche

 

Et Dominique Novelle, dans son discours, a tenu à tous les remercier. A commencer par l’équipe d’une dizaine d’hommes que l’on croise d’ailleurs sur les chemins du village. Ils sont au volant de pelles mécaniques ou dans des tranchées creusées à plusieurs mètres de fond et assurent un travail pénible quel que soit le temps. Si la saison a plutôt été favorable, la pluie et le froid font désormais partie de leur quotidien.

 

 

Dominique Novelle en compagnie de M. Boissonnard (DR)

 

Une fois la fouille réalisée, c’est aux poseurs de tuyaux, aux soudeurs et aux « manchonneurs » d’intervenir. Ils raccordent les tuyaux pour en assurer la parfaite étanchéité. Et la complexité grandit lorsque d’un réseau on passe à deux, cohabitant dans la même fouille ! Le primaire qui rejoint l’échangeur situé à l’école et le secondaire qui en ressort ! Le savoir-faire des ingénieurs et techniciens concernés permet alors des prouesses et leur coordination est un gage évident de bon déroulement des travaux.

 

Nadège Von Kaenel et Henri Duvillard, membres de la fondation (DR)

 

Sur tout chantier, le retard pris à un poste doit être rattrapé ailleurs. Chaque semaine donc, le jeudi à 14h00, les différents acteurs se retrouvent pour revoir le planning et l’adapter. A partir de janvier, par exemple, trois équipes se partageront le travail : deux au bas du village et une, à la Colline.

Et puisque, rappelle Dominique Novelle, la devise d’Aire-la-Ville est « travail et progrès », gageons qu’à l’hiver 2012, les 200 foyers à raccorder le seront, bénéficiant enfin de cette chaleur propre !

 

Carole Cattaneo, 14 décembre 2011

Imprimer